L’acquisition d’une maison est sans doute l’un des achats les plus importants que vous ferez au cours de votre vie. Comme pour toute grosse dépense, vous devriez envisager d’économiser en vue d’acquérir votre nouvelle maison longtemps avant d’entreprendre le processus d’achat en tant que tel. Vous vous attardez avant tout à rassembler votre mise de fonds et à calculer la somme maximale que vous pouvez vous permettre de payer pour votre maison, mais vous devriez aussi tenir compte de l’impact que cet achat d’importance aura sur votre budget mensuel et sur votre situation financière globale une fois que vous aurez emménagé.

Vous devriez aussi penser à obtenir une préapprobation hypothécaire pour avoir une meilleure idée de vos mensualités hypothécaires et de la valeur de votre mise de fonds.

Prenez en compte toutes vos dépenses

Votre versement hypothécaire mensuel, même s’il est considérable, ne sera qu’une dépense parmi toutes celles qu’implique une propriété immobilière. Outre vos frais mensuels fixes – comme la nourriture, les vêtements, le carburant, le téléphone, les médicaments et autres dépenses liées aux loisirs ou au mode de vie –, il y a d’autres dettes (cartes de crédit, emprunts) à prendre en considération.

Voici quelques coûts liés à la propriété d’une maison avec lesquels vous devrez probablement composer chaque mois (et qui devraient être inclus dans tout budget réaliste) :

Charges permanentes :

  • Taxes foncières
  • Assurance propriétaire occupant
  • Assurance sur prêt hypothécaire Assure-Toit®
  • Téléphone, câble et Internet
  • Assurance automobile et assurance maladie
  • Chauffage, eau et services publics
  • Entretien de la maison, nettoyage et réparations (et/ou frais de copropriété, s’il y a lieu)
  • Entretien du terrain, de la cour ou du jardin

Autres coûts ponctuels :

  • Appareils électroménagers et mobilier
  • Stores, rideaux et traitement de fenêtres
  • Tondeuse et souffleuse

Vous devriez aussi prévoir un fonds d’urgence pour couvrir d’éventuelles réparations urgentes (plomberie, électricité, etc.) – souvent requises lorsque vous en avez le moins les moyens. En outre, vous pourriez réfléchir à vos revenus et dépenses futurs, et vous poser notamment les questions suivantes :

  • Combien de temps prévoyez-vous habiter la maison?
  • Pouvez-vous estimer quels pourraient être vos revenus (augmentations salariales, nouvel emploi, perte éventuelle de revenu si vous avez un enfant et choisissez de demeurer à la maison) et vos dépenses (achat d’une deuxième voiture ou arrivée d’un autre enfant) dans 2, 3 ou même 5 ans?
  • Aurez-vous un jour des frais de garde d’enfants (ou, si vous en payez déjà, de combien augmenteront-ils si vous avez un autre enfant ou diminueront-ils à mesure que vos enfants grandiront)?

Lignes directrices utiles en matière de dépenses

Voici deux formules employées par de nombreux prêteurs hypothécaires qui pourront vous aider à déterminer de combien vous aurez besoin pour couvrir vos coûts de logement et le total de vos dettes.

  • Ratio d’endettement brut (REB) Il ne faut pas que plus de 30 à 32 % de votre revenu annuel brut aille aux « dépenses hypothécaires » : capital, intérêts, impôts fonciers et frais de chauffage (plus charges de copropriété, s’il y a lieu).
  • Ratio d’endettement total (RET) Le RET évalue le revenu annuel brut requis pour les versements concernant toutes les dettes : maison, cartes de crédit, prêts personnels et prêt-auto. Selon le prêteur, les versements utilisés pour le calcul du RET ne doivent pas dépasser de 37 à 40 % de votre revenu annuel brut. On combine habituellement votre revenu et celui de votre conjoint pour calculer ce ratio.

Consultez votre conseiller en prêts hypothécaires pour établir tous les coûts associés à la propriété d’une maison et prévoir un budget en conséquence.

Les stratégies, conseils et données techniques contenus dans la présente publication sont fournis à titre indicatif seulement et ont pour objet d’aider nos clients. Cette publication ne vise pas à offrir des conseils précis en matière de prêts hypothécaires, de finances, de placements, de fiscalité, de droit, de comptabilité ou autres conseils à votre intention, et elle ne devrait pas servir à cet usage. Les lecteurs devraient consulter leur conseiller professionnel lorsqu’ils envisagent de mettre en œuvre une stratégie afin d’assurer que les circonstances individuelles ont été prises en considération et que le plan tient compte des derniers renseignements disponibles.

Les produits de financement personnel et les hypothèques résidentielles sont offerts par la Banque Royale du Canada sous réserve de ses critères de prêt standard.