Les taux d’intérêt étant historiquement bas, vous songez peut-être à renégocier votre hypothèque pour profiter d’un meilleur taux.

Toutefois, si vous avez une hypothèque à échéance fixe, vous engagez des frais sur remboursement anticipé.

Pourquoi, demandez-vous ?

Les prêteurs engagent des frais de vente, de tarification et de financement importants pour émettre ou renouveler une hypothèque. Les taux hypothécaires permettent de récupérer ces coûts sur la durée du terme.

Aujourd’hui, la plupart des hypothèques sont des hypothèques à échéance fixe, lesquelles, pour des termes semblables, sont généralement assorties d’un taux d’intérêt inférieur à celui des hypothèques à échéance libre. Les taux plus bas sont en grande partie attribuables au fait que des frais sur remboursement anticipé ont été établis pour dédommager le prêteur pour le coût économique encouru lorsque le montant d’un versement anticipé excède les privilèges de remboursement anticipé permis aux termes de l’hypothèque. Ces coûts sont notamment les frais liés à l’opération de remboursement anticipé, plus le fait que l’emprunteur ne recevra pas les intérêts pour la durée du terme qui ont été établis, en partie, pour récupérer les coûts d’acquisition d’une hypothèque de l’emprunteur.

Par contre, vous pouvez rembourser une hypothèque à échéance libre en tout temps, sans pénalité. Cependant, les taux sont en général plus élevés que ceux d’une hypothèque à taux fixe d’une durée semblable.

Ces frais sur remboursement anticipé entrent en compte lorsque vous souhaitez renégocier votre hypothèque actuelle ou y mettre fin, pour quelque raison que ce soit, ou encore, obtenir un nouveau taux. Votre hypothèque constitue un contrat avec la banque énonçant que vous paierez à la banque un certain montant chaque mois, durant une certaine période, et que des frais sur remboursement anticipé vous seront imputés si le montant du remboursement anticipé excède vos privilèges de remboursement anticipé.

Pour en savoir plus sur le calcul des frais sur remboursement anticipé, cliquez ici Exemple de calcul des frais sur remboursement anticipé : Helen et Henry (ouvre une nouvelle fenêtre), appelez-nous ou consultez les documents hypothécaires que vous avez signés.

Cependant, les taux ont tellement baissé, cela doit valoir la peine, non ?

En fait, c’est difficile à dire. Un certain nombre de facteurs entrent en ligne de compte, comme votre taux d’intérêt actuel, la durée restante de votre terme et le solde de votre hypothèque. Une fois les frais sur remboursement anticipé pris en considération, vous n’avez peut-être rien à gagner.

De plus, on ignore quels seront les taux d’intérêt à l’expiration de votre hypothèque actuelle - ce qui déterminera aussi si vous prenez la meilleure décision en rompant votre hypothèque. Si les taux continuent de baisser, vous n’en profiterez pas. Par exemple, si vous en êtes à la troisième année d'un terme de cinq ans et que vous choisissez un nouveau terme de cinq ans, vous pourriez vous priver de deux années additionnelles de baisse des taux dont vous auriez bénéficié si vous n’aviez pas résilié votre contrat hypothécaire aujourd’hui. Bien sûr, nul ne connaît l’évolution future des taux.

Chaque situation est unique. Mais il n’est généralement pas recommandé de mettre fin à une hypothèque au début du terme (par exemple après un an seulement d’un terme de cinq ans).

Vous pourriez aussi économiser sur votre hypothèque en appliquant au remboursement du capital le montant que vous auriez payé en frais de remboursement anticipé. Cela fera une grande différence dans vos coûts hypothécaires globaux.